Aujourd’hui est notre dernière journée pleine dans le désert algérien, autant vous dire que la déprime de devoir quitter ces lieux magiques est montée d’un cran chez moi, le truc rassurant est que ça fait plusieurs jours que je me répète que peu importe ce qui arrivera je suis déjà satisfait de mon voyage al hamdoulillah. S’il fallait venir ici pour une seule journée ce ne serait pas une mauvaise affaire.

Au programme d’aujourd’hui 2 grands changements de décor, mais alors rien à voir avec ce que l’on a pu voir jusque là.

UNE oasis et UNE énorme étendue de désert (sur plusieurs dizaines de km) mélangeant les dunes et la terre plate.

Nous quittons ce matin la magique Tikobawin en direction d’Essendilene, une merveille pour les yeux comme vous allez pouvoir le constater par vous mêmes 🙂

On a rencontré de la vie humaine et animale lol

Mais sur le chemin on s’arrête pour apprécier LA sculpture naturelle la plus spectaculaire du coin :

Éléphant ? Mammouth ? au choix 🙂

Essendilene

Après 1h/1h30 de route nous entrons dans le secteur d’Essendilene et on voit ça :

Je me dis à ce moment que s’il y a des élevages ici c’est qu’il doit y avoir à manger pour ces animaux et surtout surtout, il doit y avoir de l’eau 🙂

L’entrée de l’Oasis Essendilene

En arrivant ici, les guides nous disent que c’est ici que nous mangerons à midi et que nous allions partir avec un guide nous balader dans le coin. Franchement, à ce moment je pensais que l’oasis c’était ça, un peu de verdure, quelques palmiers, des arbres ici et là un peu comme sur la photo ci-dessus ou encore sur celle ci-dessous :

Et j’étais content du lieu.

Non mais alors, Essendilene c’est radicalement autre chose, on y va pour un tour ? c’est parti 🙂

Il s’agit du lit d’une rivière (en témoigne les galets au sol) et la végétation qui suit le parcours, au fond vous voyez que les montagnes se resserrent pour former un canyon.

Plus on avance et plus on se dit mais c’est quoi cet extraordinaire lieu ?

Juste avant le canyon du fond, ça commence à être pas mal déjà, déjà il y a de l’eau 🙂

Que s’est aventuré Smail à tester, franchement je ne sais pas ce qu’il s’est dit à ce moment lol

Au niveau du canyon, il y a carrément une petite jungle à traverser mdr

On découvre une très riche et dense végétation, c’est juste incroyable comment ce coin de désert peut être ainsi, j’ai toujours vu des oasis en photos ou des vidéos, mais y être c’est quand même un truc spectaculaire.

Regardez moi cet arbre qui pousse directement dans la roche 

Un vrai jardin botanique, franchement je fus ébloui par cette beauté !

De l’autre côté du canyon c’est encore un autre monde 🙂

Et enfin on arrive à la marque distinctive de l’oasis appelée l’aiguille d’Essendilene :

Je ne connais pas grand chose à la géologie, je suis vraiment curieux de savoir par quel phénomène naturel cet énorme rocher s’est vu tailler de la sorte formant une tour 🙂 (et aucun autre à côté lol)

Juste en face de cette « Aguille d’Essendilene » on peut admirer ça :

Une petite guelta (flaque) rendant le lieu frais et rafraîchissant 🙂

Sentiment indescriptible, je me dis comment peut-on dépenser des milliers d’euros pour aller à l’autre bout du monde (parfois juste pour voir du béton et du bitume) et passer à côté d’un tel trésor juste de l’autre côté de la Méditerranée 🙂

Cette balade nous a pris facile 2h (entre l’aller et le retour), ce qu’il fallait au cuisinier pour cuire les abats (je vous en avais parlé au précédent épisode) et préparer les salades.

Là, on a haussé le niveau, si pour le foie on était tous au taquet, et si pour la tête du mouton on était 3/4, là pour « douwwara » ou « lkercha » (la panse avec tous les abats : poumons, rate, intestins etc.) je partais confiant et je savais qu’on allait la jouer à petit comité mdr, rien qu’en citant ces mots je suis sûr d’en avoir largué plus d’un(e) loool

Et ça donne ça :

On zoome un peu ?

Une tuerie, pour quiconque en mange depuis son enfance mdr

Il y a des choses, qui, culturellement, j’ai l’impression que si t’as dépassé un certain âge, tu ne peux plus t’y mettre lol, c’est soit depuis l’enfance t’as grandi avec « douwwara », la tête de mouton, les pieds de boeuf ou de mouton etc et là t’es prêt à t’embrouiller avec tout le monde pour en manger, soit t’en as pas mangé étant petit et ça va être un peu compliqué de le faire à l’âge adulte.

D’ailleurs je ne vous en ai pas parlé, même pour la tête du mouton de la veille, alors qu’on n’était déjà pas beaucoup de candidats, y a eu la finale encore, savoir qui mange l’oeil et qui ne le mange pas, j’ai joué la finale si c’est ça que vous voulez savoir 🙂

Vous êtes encore là ? mdr

Après le repas et une petite sieste, il était pour nous temps de quitter ce lieu qui m’aura vraiment marqué pour nous rendre sur notre lieu du bivouac de ce soir :

Erg Admer

Notre campement pour le soir

Et juste en face il y a ça :

Autant vous dire qu’il n’y a rien qui nous protège, une petite dune vite fait, allez, une vue aérienne pour mieux comprendre le fait qu’on était vraiment au milieu de nulle part :

Vous voyez les voitures au centre de l’image et rien autour ? 🙂

Vous savez ce que ça veut dire ça, 2 choses : il va cailler de fou ce soir avec du vent en 360° quasiment ET va falloir taper de la distance pour aller faire ses besoins aucune possibilité de s’abriter à proximité.

Mais alors vous êtes en droit de vous demander pourquoi on est venu ici avec ces inconvénients, nous sommes venus ici pour admirer l’un des meilleurs coucher du soleil qui soit, prêts ?

Direction une énorme dune qui donne sur un autre monde sur l’autre côté (côté opposé à notre campement)

Vue comme ça on dirait du plat (par rapport aux voitures au fond de l’image), mais en réalité le dénivelé est vraiment fort, regardez plutôt cette photo :

On voit encore les 4×4 au centre de la photo

Ça commence à être joli 🙂

Sur le sommet de la dune, derrière nous il y a le côté campement, à savoir ce côté là :

Et en face de nous, vous imaginez bien que nous avions le soleil en face (et donc côté coucher du soleil), de ce côté là ça ressemble plutôt à ça :

Et tout le plaisir était d’apprécier le coucher du soleil, l’un des plus beaux de ma vie, savoir qu’en plus c’était notre dernier coucher du soleil de ce voyage le rendait encore plus unique à mes yeux.

Voilà pour ce 6ème jour, je n’avais pas grand chose à raconter, les images le font bien mieux que moi (je l’espère en tout cas).

C’est notre dernière nuit dans le désert, on commence déjà penser au retour (c’est plus fort que nous) et comme je m’en doutais il a vraiment caillé 🙂

Demain matin inchaAllah, nous avons encore une demi-journée à passer dans cette magnifique région, nous y pique-niquerons encore à midi, retour dans l’après-midi pour Djanet, dernier tour dans la ville (re-douche) et éventuellement un achat ou deux, mais ça, je vous en parlerai au prochain épisode qui clôture notre trek dans le Tassili N’Ajjer.

D’ici le prochain épisode, svp partagez ces récits autour de vous et pensez à vous abonner sur Facebook et Instagram et à bientôt  inchaAllah 🙂

Sami

Author

4 Comments

  1. Dowarra, tête, langue, foie… tout ce que tu veux …. mais l’œil ?!!! Là je suis pas d’accord ! C’est croquant ? Gélatineux ? Liquide ? J’imagine même pas le truc

    • Sami Reply

      Oui assez gélatineux mdr, mais bon je suis ceinture noire dans les trucs là, ne prenez pas exemple sur moi pour ces choses 🙂

  2. C’est juste sublime ! Ça donne vraiment l’envie de vivre le même voyage , mais sans la tete de mouton et autres friandises looool, car je confirme en effet, c’est très très très difficile apres un certain age hhhhh.
    Merci pour cette découverte de l’Algérie, un tresor méconnu qui mérite d’etre parcouru … inshaallah.

    • Sami Reply

      Pas de souci pour les friandises, vous n’êtes pas obligés de vous y mettre, ça en fera un peu plus pour moi et les gens comme moi lol

Write A Comment